approfondir sa foi
« Veillez et priez. » Matthieu 26:41
Une nouvelle  !
Vous pouvez visualiser ce message dans votre navigateur en cliquant ici.
illustration
Jour 18) Le sacrement du mariage : deux époux unis dans le Christ

            Chers Priants,

 

            Les deux derniers sacrements que nous avons vu sont d’une façon toute spéciale en relation avec le mariage : l’Eucharistie, parce qu’elle est le sacrement de l’unité, et que c’est le Christ qui fait l’unité des époux ; la confession, parce que le pardon et la demande de pardon sont essentiels pour qu’un couple tienne dans la durée.

Le Christ sanctifie le mariage

            « 25 Vous, les hommes, aimez votre femme à l’exemple du Christ : il a aimé l’Église, il s’est livré lui-même pour elle, 26 afin de la rendre sainte en la purifiant par le bain de l’eau baptismale, accompagné d’une parole ; […] 28 C’est de la même façon que les maris doivent aimer leur femme : comme leur propre corps. […] 29 Jamais personne n’a méprisé son propre corps : au contraire, on le nourrit, on en prend soin. C’est ce que fait le Christ pour l’Église, 30 parce que nous sommes les membres de son corps. Comme dit l’Écriture (cf. Gn 2, 24) : 31 À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un. 32 Ce mystère est grand : je le dis en référence au Christ et à l’Église » (Ep 5, 25‑32). Le mariage n’est pas seulement la manifestation qu’un homme et qu’une femme s’aiment, et veulent s’aimer fidèlement pour toute leur vie. Il est avant tout un sacrement, celui qui manifeste l’union du Christ avec l’Eglise son épouse. Cette union est vécue au plus haut point lorsque les époux communient ensemble au Corps du Christ dans l’Eucharistie. Dans la liturgie de mariage, la communion est même proposée aux époux sous les deux espèces pour manifester particulièrement la force du sacrement de l’Eucharistie dans le mariage chrétien.

            Prenons une analogie. De même que le baptême sauve du péché, de même, le sacrement de mariage sauve les époux, en tant que couple, du péché qui divise. En effet, le mariage est une réalité naturelle : quoi de plus normal que de vouloir partager la vie de la personne qu’on aime le plus ? Mais le péché, nous le savons bien, fragilise l’amour, il introduit le soupçon, la jalousie, la susceptibilité, et peut même conduire à l’infidélité, à l’adultère, à la haine. Livré à ses propres forces, comment tenir ? C’est pour cela que Dieu a institué ce sacrement : pour sanctifier la réalité du mariage, l’élever, la fortifier. Jésus par sa grâce devient le ciment de l’unité des époux.

Les quatre piliers du mariage

            La base du sacrement du mariage, c’est l’échange libre des consentements, sans contrainte : le libre propos de vivre, toute la vie, dans la fidélité avec l’unique conjoint choisi ; cela consiste à vouloir aimer (ce qui est différent du sentiment amoureux, qui lui ne dure pas). Il est capital d’avoir conscience précisément de ce à quoi on s’engage en se mariant. Cela suppose une certaine maturité, et la capacité de poser un vrai choix, ce que la cohabitation avant le mariage n’aide malheureusement pas. Si on a déjà l’habitude de tout partager avec une personne, y compris sa sexualité, on vit comme si on était déjà marié, alors qu’on ne l’est pas. Comment alors être sûr que le désir de se marier n’est pas juste le désir d’officialiser une habitude prise peu à peu, sans vraie réflexion ? Pour être authentique, l’amour doit être libre !

            « Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas » (Mt 19, 6). L’indissolubilité est le deuxième pilier du mariage. Lorsqu’on aime quelqu'un, on veut naturellement que ce soit pour la vie ! Dieu lui-même soutient ce désir : « Le lien conjugal est indissoluble car il est établi, sur une libre initiative des deux époux, par Dieu lui-même » (CEC n°1640). Appuyons-nous sur la grâce ! Et apprenons à construire ou à reconstruire chaque jour ce lien par le pardon. Le P. Caffarel, fondateur des Equipes Notre-Dame, parlait du « devoir de s’assoir » : se retrouver régulièrement tous les mois entre époux (idéalement une soirée, si c’est impossible, 30 mn à 1h) afin de faire le point sur la relation conjugale, de se dire les choses qui ont été vécues comme une blessure de la part de l’autre, d’échanger à loisir sur une décision à prendre pour l’un ou l’autre ou pour la famille, etc. Il s'agit surtout de célébrer le couple pour lui-même, de renouveler, en miniature, le voyage de noces. Chacun a son « langage de l’amour » (cf. Gary Chapman : paroles valorisantes, moments de qualité, cadeaux, services rendus, toucher physique), et ne comprend pas toujours celui de l’autre : veillons à dissiper les malentendus !

            En lien avec l’indissolubilité se place la fidélité. « Vous allez vous promettre fidélité. Est-ce pour toute votre vie ? » - « Je te reçois et je me donne à toi pour t’aimer fidèlement dans le bonheur et dans les épreuves ». La fidélité se construit, à l’image de Dieu qui, dans la Bible, soutient la fidélité de son peuple à l’Alliance. Bien des choses entrent en jeu pour ce défi dans notre monde où l’érotisme est devenu un moyen marketing : la maîtrise du regard, l'habillement, l'utilisation d'internet, l'hygiène de vie, la gestion des déplacements professionnels, etc.

            Enfin, quatrième pilier, l’ouverture à la vie. L’amour est vivant, il cherche à se propager ! Cela est vrai même pour les couples qui vivent l'épreuve douloureuse de ne pas pouvoir avoir d’enfants : leur fécondité, parfois mystérieuse, sera d'un autre ordre, mais tout aussi réelle. S’il n’y a pas cette volonté de donner la vie, n’est-ce pas le signe que l’amour devient narcissique ? Cette ouverture à la vie va de pair avec l’éducation chrétienne des enfants à laquelle s’engagent les époux chrétiens : baptême et catéchisme. Il s’agit de donner le plus beau cadeau qu’on puisse offrir à ses enfants : la vie divine !

Résumons

            Le Christ, en élevant le mariage à la dignité de sacrement, a sanctifié et fortifié la réalité naturelle de l’union d’un homme et d’une femme, réalité affaiblie par le péché qui divise. Ce sacrement s’appuie sur quatre piliers : la liberté dans l’échange des consentements, l’indissolubilité, la fidélité et l’ouverture à la vie.

Prions

            Seigneur Jésus Christ, toi qui a sanctifié le mariage à l’image de ton union avec l’Eglise ton épouse, viens répandre ta grâce sur les couples et les familles. Envoie ton Esprit Saint allumer dans les cœurs le feu de l’amour, viens soutenir l’unité et la fidélité des époux, et viens combler de joie les familles. Rends les toujours plus attentives à ouvrir leurs cœurs à ceux qui ont besoin de leur amour et à manifester au monde l’espérance du salut. Bénis et accompagne les familles en difficulté et celles qui vivent douloureusement la difficulté à avoir des enfants. Amen.

 Pour aller plus loin

CEC1601-1666 ; Youcat n°260-271.

- du Pape François : Amoris Laetitia.

- Gary Chapman, Les langages de l'amour. Les actes qui disent "je t'aime", Farel, 1997.

- Les équipes Notre-Dame, du P. Henri Caffarel : http://www.equipes-notre-dame.fr/

Partager sur Facebook Facebook
Voir la nouvelle sur Hozana et interagir
Vous désirez recevoir ces enseignements chaque jour?
Inscrivez-vous à cette formation :
S'inscrire à cette formation
© apprendreaprier.net - Pour nous contacter ou vous désinscrire, cliquez ici.