approfondir sa foi
« Veillez et priez. » Matthieu 26:41
Une nouvelle  !
Vous pouvez visualiser ce message dans votre navigateur en cliquant ici.
illustration
Jour 19) Le sacrement des malades et le sacrement de l'ordre

            Chers Priants,

 

            Nous en venons aux deux derniers sacrements, que nous allons présenter ensemble: l’onction des malades et le sacrement de l’ordre.

Le sacrement des malades : la force dans la maladie

            Au fil du temps, le sacrement des malades était devenu le sacrement des mourants : on l’appelait « l’extrême onction ». Quand un malade voyait venir le prêtre, il se disait que sa dernière heure était venue ! Heureusement, le Concile Vatican II est revenu à la pratique des premières communautés chrétiennes conservée en Orient. On encourage les pasteurs à proposer ce sacrement aux « fidèles dont la santé commence à être altérée dangereusement par la maladie ou la vieillesse ».

            Saint Jacques nous l’explique (à la suite de Mc 6, 13) : « 14 L’un de vous est malade ? Qu’il appelle les Anciens en fonction dans l’Église : ils prieront sur lui après lui avoir fait une onction d’huile au nom du Seigneur. 15 Cette prière inspirée par la foi sauvera le malade : le Seigneur le relèvera et, s’il a commis des péchés, il recevra le pardon » (Jc 5, 14‑15). L’effet de ce sacrement est donc de conférer la grâce, en remettant les péchés et en soulageant de la maladie. Nombreux sont actuellement les témoignages de personnes profondément apaisées, revigorées, ou même guéries, par l’action de ce sacrement ! Aussi bien spirituellement que physiquement... De même que la confession est l’actualisation du baptême, on pourrait dire que l’onction des malades est l’actualisation de la confirmation : par elle sont réactivés les dons de l’Esprit saint, en particulier la force.

            Concrètement, ce sacrement est donné par l’application par le prêtre d’une onction d’huile accompagnée de cette parole : « Que par cette sainte onction et sa très grande miséricorde, le Seigneur t’aide par la grâce de l’Esprit saint afin que, libéré de tes péchés, il te sauve et te relève avec bienveillance ». L’onction des malades est habituellement précédée de la confession et suivie par la réception de l’Eucharistie en viatique. Il est fréquent que ce sacrement soit donné au cours d’une célébration paroissiale. Ainsi est rendue visible la consolante dimension fraternelle de la communauté chrétienne et de la prière des frères.

Le sacrement de l’ordre : le service des baptisés

            Le sacrement de l’ordre est institué par Jésus au moment de l’institution de l’Eucharistie : « Faites cela en mémoire de moi » (Lc 22, 19) dit Jésus aux Apôtres. C’est dire le lien étroit entre le prêtre et l’Eucharistie. Le prêtre agit alors au nom du Christ, tête de l’Eglise. Quel mystère d’amour du Seigneur qui veut prolonger sa présence parmi nous par le ministère d’hommes qu’il a choisis ! Une des missions essentielles du prêtre est de « sanctifier », c’est-à-dire de célébrer les sacrements. Mais Vatican II (cf. Lumen Gentium 25) souligne aussi l’importance de la mission d’enseignement de l’évêque et de tout prêtre, qui est même la première : « Proclame la Parole, interviens à temps et à contretemps, dénonce le mal, fais des reproches, encourage, toujours avec patience et souci d’instruire » (2 Tim 4, 2). Enfin vient la charge de conduire les fidèles, comme un bon berger, en fidèle serviteur au cœur doux et humble.

           Le sacerdoce n’est pas un honneur qu’on se donne à soi-même (cf. He 5, 4), c’est un don gratuit du Seigneur, qui appelle, comme jadis, les apôtres, des hommes faibles, fragiles et pécheurs, donc capables de compatir aux faiblesses de tous. Ainsi, on sait que c’est Dieu seul qui agit à travers eux ! Mais a-t-on vraiment conscience du cadeau que Jésus nous fait en nous donnant ainsi des serviteurs à plein temps de notre vie spirituelle ? Oui, la « hiérarchie de l’Eglise » comme on dit, est au service de la hiérarchie essentielle : celle de la sainteté. Et c’est Marie, la Vierge Immaculée qui est au sommet. La sainteté, autrement dit, vivre au souffle de l'Esprit, voilà la seule ambition qui doit exister pour un chrétien !

Résumons

            L’onction des malades est destinée aux fidèles affectés sérieusement par la maladie ou la vieillesse. Ce sacrement est un don de force du Seigneur pour traverser, physiquement et spirituellement, la maladie.

            Le sacrement de l’ordre donne aux prêtres la mission d’enseigner, de sanctifier et de gouverner les fidèles. C’est un service pour faire grandir chacun sur la voie de la sainteté.

Prions

            Seigneur Jésus Christ, toi qui as soulagé toute souffrance au cours de ta vie terrestre, viens secourir ceux qui souffrent dans la maladie. Envoie ton Esprit de force par l’onction des malades, afin qu’ils reçoivent ta paix, continuent à lutter, et, si telle est ta volonté, soient guéris.

            Seigneur Jésus Christ, toi qui as choisi les apôtres pour prolonger ton action d’enseignement, de sanctification et de conduite des âmes, viens assister les diacres, les prêtres et les évêques qui sont à notre service. Apprends-nous à les aimer, donne-nous de ne pas les critiquer mais au contraire de les soutenir dans leur ministère où ils se dépensent sans compter. Amen.

Pour aller plus loin

- Sacrement des malades : CEC1499-1532 ; Youcat n°240-247.

- Sacrement de l'ordre : CEC 1533-1600 ; Youcat n°249-259 ; les lettres aux prêtres du pape Jean-Paul II.

 

Partager sur Facebook Facebook
Voir la nouvelle sur Hozana et interagir
Vous désirez recevoir ces enseignements chaque jour?
Inscrivez-vous à cette formation :
S'inscrire à cette formation
© apprendreaprier.net - Pour nous contacter ou vous désinscrire, cliquez ici.