approfondir sa foi
« Veillez et priez. » Matthieu 26:41
Une nouvelle  !
Vous pouvez visualiser ce message dans votre navigateur en cliquant ici.
illustration
Jour 4) Jésus, notre Sauveur

            Chers Priants,

 

            Le Verbe s’est fait chair pour nous sauver, avons-nous affirmé la fois dernière. Mais de quoi Jésus nous sauve-t-il et comment ?

La prison du péché

            Comme saint Paul, nous faisons cette expérience : « Je ne fais pas le bien que je voudrais, mais je commets le mal que je ne voudrais pas » (Rm 7, 19). Tous, nous sommes tentés et souvent nous succombons. Même un petit enfant sera pris de colère, de jalousie, de caprice. Il suffit d’ouvrir les yeux pour voir l’étendue du mal dans le monde.

            « Si je fais le mal que je ne voudrais pas, alors ce n’est plus moi qui agis ainsi, mais c’est le péché, lui qui habite en moi » (Rm 7, 20). Cette tendance au péché, c’est la trace de ce qu’on appelle le « péché originel », le péché du premier homme, que la Bible nomme traditionnellement Adam. Et chaque péché que je commets ratifie et renforce cette tendance. C’est un cercle vicieux : le péché entraîne au péché, et il devient de plus en plus dur de faire le bien. Nous sommes bien prisonniers du péché.

            La conséquence, c’est qu’il est devenu impossible de rejoindre Dieu. Certes, nous pouvons encore faire un peu de bien, mais nous n’avons plus la capacité d’agir pleinement selon la volonté de Dieu. « Aucun homme, sur terre, n’est assez juste pour faire le bien sans jamais pécher » (Qo 7, 20). Comme tout péché est en définitive un refus de Dieu, de son amour, de sa bonheur, de sa vérité, il ferme l’accès au Ciel : comment, pécheurs, pourrions-nous paraître devant Celui qui est la Sainteté en personne, Dieu ?

Jésus nous sauve du péché par sa Passion et sa Résurrection

            «  Mais Dieu est riche en miséricorde ; à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions des morts par suite de nos fautes, il nous a donné la vie avec le Christ : c’est bien par grâce que vous êtes sauvés » (Ep 2, 4‑5). Par amour pour nous, Dieu ne nous a pas laissés prisonniers du péché : il a envoyé son Fils pour nous en libérer, pour nous permettre à nouveau de vivre en sa présence avec sa grâce. Rappelons-nous que dans son amour, Dieu veut que nous participions en son Fils à la vie trinitaire !

            Comment Jésus nous sauve-t-il ? Jésus, comme homme, a réussi ce qu’aucun homme depuis Adam ne pouvait faire : ne pas pécher, ni dans les tentations du désir, du pouvoir, de l’avoir (cf. tentations au désert, Lc 4, 1-13), ni dans les souffrances de sa Passion (cf. son agonie : « Non pas ce que je veux, mais ce que tu veux » (Mt 26, 39) ou sur la Croix : « Père, pardonne-leur » (Lc 23, 34)). Ainsi, un homme, Jésus, a toujours fait la volonté du Père, a toujours accompli le bien et jamais le mal. Le Christ nous ré-ouvre donc les portes du Ciel ! Notre salut consiste à nous unir à Jésus, pour être avec lui au Ciel. Il consiste à vivre de sa grâce, cette grâce qui nous permet, enfin, de faire le bien et d'aimer parfaitement, comme lui !

            Jésus a pris sur lui dans sa Passion toutes les conséquences du péché : la souffrance et la mort. Et il a vaincu le mal par sa Résurrection, qui met un terme à la conséquence ultime du péché, la mort. Certes, la mort et la souffrance continuent à faire partie de la vie des hommes.  Mais, avec le Christ, elles ont changé de sens : la mort parce qu’elle n’est plus le terme définitif, et la souffrance parce qu’elle peut être vécue et offerte en union avec Jésus crucifié. Ce sacrifice de la Croix, Jésus l’a réalisé par amour pour nous, librement !

          Et c’est le baptême qui nous fait entrer dans ce salut  : «  Par le baptême, en sa mort, nous avons été ensevelis avec lui, afin que, comme le Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, nous menions nous aussi une vie nouvelle. Car, si nous avons été unis à lui par une mort semblable à la sienne, nous le serons aussi par une résurrection semblable » (Rm 6, 3‑5). Le baptême fait de nous d’autres Christ, qui ont reçu la grâce de vivre selon Dieu, libres du péché. « Celui qui croira et sera baptisé, sera sauvé » (Mc 16, 16) (Nous préciserons ce point plus tard en étudiant le sacrement du baptême). A nous d’être fidèles à notre vocation sainte !

Résumons

            L’homme, prisonnier du péché, ne pouvait pas se sauver par lui-même, c’est-à-dire se libérer du péché. Cela, seul Dieu pouvait le faire. Dans son amour, le Père a envoyé, dans l’Esprit Saint, le Fils dans le monde, afin qu’il prenne une nature humaine et qu’il nous sauve. Jésus, homme comme nous, a souffert en tout l’épreuve, jusqu’à la Croix, et il n’a pas péché. Par sa Résurrection, le Christ a vaincu le mal et la mort. Désormais, si nous nous unissons à Jésus par le baptême et notre vie de foi, nous pouvons de nouveau accomplir la volonté de Dieu et partager la vie de la Trinité au Ciel !

Prions

            Jésus, je voudrais te remercier pour le salut que tu m’as offert. Alors que j’étais esclave du péché et ainsi ton ennemi, tu es venu partager ma condition humaine, jusqu’à accepter que je te mette à mort sur une Croix. En toutes tes souffrances, qui viennent de mes fautes, tu n’as fait que manifester ton pardon, ta miséricorde, ta tendresse. Par ta Résurrection glorieuse, tu me réconcilies avec le Père, et tu m’envoies l’Esprit Saint pour que je vive enfin selon ton amour. Comment pourrais-je suffisamment te rendre grâces ? Seigneur, fais-moi encore la grâce de vivre selon mon baptême qui me communique ton salut, donne-moi de vivre selon ta sainteté. Amen.

Pour aller plus loin

CEC571-658, en particulier les n°598-658.

Youcat n°95-112.

 

Partager sur Facebook Facebook
Voir la nouvelle sur Hozana et interagir
Vous désirez recevoir ces enseignements chaque jour?
Inscrivez-vous à cette formation :
S'inscrire à cette formation
© apprendreaprier.net - Pour nous contacter ou vous désinscrire, cliquez ici.