approfondir sa foi
« Veillez et priez. » Matthieu 26:41
Une nouvelle  !
Vous pouvez visualiser ce message dans votre navigateur en cliquant ici.
illustration
Jour 8) Le baptême (1/2) : le sacrement du salut

            Chers Priants,

 

            Nous l’avons vu, Dieu n’est pas lointain : il s’est fait homme pour nous faire participer à la vie Trinitaire. Cette proximité de Dieu se manifeste d’une façon tout particulière dans les sacrements, dont le baptême est le premier.

Qu’est-ce qu’un sacrement ?

            Un sacrement, c’est une réalité surnaturelle qui agit efficacement en nous par un signe. Ce signe, c’est l’eau pour le baptême, le pain et le vin dans l’eucharistie par exemple, accompagnés d’une parole (« je te baptise au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit » ; « ceci est mon Corps livré pour vous »). Le signe n’est pas arbitraire, au contraire, il exprime l’effet du sacrement : quoi de mieux que l’eau pour signifier qu’on est lavé du péché ? quoi de mieux que le pain pour signifier une nourriture spirituelle, et son partage pour signifier la charité ?

            Mais il ne faut pas oublier qu’un sacrement est une réalité surnaturelle : les sacrements viennent de Dieu, ils sont un don de Dieu, un don gratuit ; l’homme se dispose à les recevoir humblement, il ne les « mérite » pas. Ne l’oublions pas pour la confirmation : ce n’est pas un « tampon » qui valide que je veux « confirmer » moi-même mon baptême. La confirmation est une grâce de Dieu qui m’envoie une nouvelle fois la force de l’Esprit Saint pour accomplir ma mission de témoignage dans le monde et dans l’Eglise.

« Que chacun soit baptisé pour le pardon de ses péchés » (Ac 2, 38)

            L’effet du sacrement de baptême est principalement le pardon des péchés. Nous avions vu le 4e jour à propos de Jésus, notre sauveur, combien nous étions prisonniers du péché, incapables d’aller entièrement à Dieu, d’aimer parfaitement. Ce mal nous touche dès notre conception, nous en sommes victimes, et nous y contribuons chaque jour. Jésus, par sa mort sur la Croix et la Résurrection est venu nous délivrer de cette malédiction du péché. Il nous a ouvert à nouveau les portes du Ciel, il nous offre son amour pour que nous puissions aimer comme lui, et son Père, et nos frères. Il nous reste juste à accueillir ce salut dans la foi et à en vivre par notre charité (cf. Ga 5, 6; Jc 2, 18).

            Notre accueil du salut offert par le Christ se manifeste par un geste concret : la réception du baptême dans la foi. Jésus l’affirme : « Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé » (Mc 16, 16). Oui, le signe concret du baptême est nécessaire, car nous sommes des êtres composés d’une âme et d’un corps. L’engagement de notre volonté engage tout notre être, donc aussi notre corps ! Et notre corps est appelé à participer à la gloire de la vie éternelle ! Qu'en est-il de ceux qui n'ont pas la possibilité concrète de se faire baptiser, ou ne connaissent pas la foi chrétienne, ou n'en connaissent seulement qu'une version caricaturée? Cela doit nous pousser à évangéliser, et nous confions ces personnes à la miséricorde du Seigneur qui trouvera d'autres voies que les sacrements pour se répandre dans les âmes de tous justes.

            Le baptême nous purifie de tous nos péchés en nous faisant participer à la mort et à la résurrection du Christ. Ecoutons saint Paul : « Nous tous, qui avons été baptisés en Jésus Christ, c'est dans sa mort que nous avons été baptisés. Si donc, par le baptême qui nous unit à sa mort, nous avons été mis au tombeau avec lui, c’est pour que nous menions une vie nouvelle, nous aussi, comme le Christ qui, par la toute-puissance du Père, est ressuscité d’entre les morts » (Rm 6, 3-4). Tel est le symbolisme de l’eau baptismale. Plongés dans l'eau, nous sommes comme « noyés » : c’est la participation à la mort du Christ. Puis, nous en sommes retirés, sauvés : c’est la participation à sa résurrection. Il nous reste alors à vivre conformément à ce baptême tout au long de notre vie, à véritablement « mener une vie nouvelle » : le baptême n’est pas magique ! Il ne nous transforme pas sans nous.

Résumons

            Il y aura bien sûr encore bien d’autres choses à préciser demain ! Mais pour aujourd’hui, retenons :

            Comme tout sacrement, le baptême nous communique une réalité spirituelle, en l’occurrence le pardon des péchés, et du péché originel en particulier. Nous verrons qu’il nous incorpore également au corps du Christ qui est l’Eglise. Ce pardon des péchés est signifié par le signe de l’eau accompagné de la parole : « Je te baptise au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit ». En réalité, c’est dans la mort du Christ que nous sommes plongés, pour ressusciter avec lui à une vie nouvelle.

Prions

            Seigneur Jésus Christ, je te rends grâces pour le don de mon baptême. Par ce sacrement, tu m’as fait mourir au péché en union avec ta mort sur la Croix, et tu m’as fait revivre de ta vie divine, en union avec ta Résurrection. Développe en moi cette grâce baptismale, afin que je sache toujours refuser le péché, et toujours choisir la vérité et le bien. Alors, je pourrai m’unir définitivement avec toi dans la gloire du Ciel. Amen.

Pour aller plus loin

- CEC 1113-1284, en particulier les n°1210-1284

Youcat n°172-202.

 

Partager sur Facebook Facebook
Voir la nouvelle sur Hozana et interagir
Vous désirez recevoir ces enseignements chaque jour?
Inscrivez-vous à cette formation :
S'inscrire à cette formation
© apprendreaprier.net - Pour nous contacter ou vous désinscrire, cliquez ici.